annonces
Home / Non classé / Evaluation du potentiel en ressources hydriques de l’Ahaggar Synthèse géologique et interprétation des données spatiales dans la région de Tazrouk. Partenariat avec l’Agence du Service Géologique de l’Algérie

Evaluation du potentiel en ressources hydriques de l’Ahaggar Synthèse géologique et interprétation des données spatiales dans la région de Tazrouk. Partenariat avec l’Agence du Service Géologique de l’Algérie

Dans le cadre de la collaboration avec l’Agence Nationale du Service Géologique de l’Algérie (ASGA), autour de l’étude portant sur « l’évaluation du potentiel en ressources hydriques de l’Ahaggar: synthèse géologique et interprétation des données spatiales de la région de Tazrouk », une méthodologie de prospection basée sur la fusion de données spatiales permettant l’optimisation dans la détection de linéaments hydrogéologiques, a été développée.

Les traitements et analyses menés dans la zone d’étude, d’une superficie de 210 900 km2  au niveau du Hoggar central et oriental (Fig.01), ont permis d’aboutir aux résultats suivants :

Fig. 01 : Orthomosaique de l’image Alsat-1B multispectrale  de la région d’étude
( Hoggar Oriental : Issalane :  Région de Tazrouk)

  • La détection automatique des linéaments (failles structurales) à partir d’une technique de traitement d’images satellitaires, offre la possibilité d’établir une cartographie des linéaments dits potentiellement hydrogéologiques.
  • L’usage de données multi capteurs, et de données auxiliaires telles que les Modèles Numériques de Terrain (MNT), permet l’extraction d’indicateurs révélant les circulations de sub-surface.

L’approche utilise les données classiques de la cartographie géologique et de l’interprétation assistée par télédétection, auxquelles s’ajoute l’identification d’indicateurs de présence d’eau dans le sol. L’imagerie optique dont celle issue du satellite d’observation spatiale national à moyenne résolution Alsat-1B et de données radar, fournissent des informations sur la géologie structurale, la lithologie, les écoulements de surface ainsi que sur les indices de présence d’eau (végétation, humidité) (Fig.02).

Les pièges structuraux sont également extraits de l’imagerie optique et du MNT. L’imagerie thermique permet une mise en évidence des températures de surface combinée à l’Indice de Végétation par Différence Normalisée « Normalized Difference Vegetation Index NDVI », ou constituer un bon indicateur d’humidité. Les données géophysiques (conductivité électrique, gravimétrie) lorsqu’elles sont disponibles, sont croisées avec l’interprétation géologique.

Fig.02 : Extrait d’une fenêtre de la fusion Alsat-1B et Sentinel1 (radar)

Les formations lithologiques ont été extraites de l’imagerie satellitaire en appliquant des traitements spécifiques tels les ratios (rapport de bandes), mettant ainsi en évidence la carte de perméabilité des sols, liée étroitement au degré de fracturation et d’altération (Fig.03).

Fig.03 : Carte des formations lithologiques

Dans les zones arides à faible précipitation et à forte évaporation, l’existence de l’eau ne peut être mise en évidence que par la présence des nappes d’eau des inféro-flux localisées généralement le long des oueds : c’est le cas de la zone située dans la partie sud-ouest où sont détectés quelques points qui pourraient être des Gueltas (Fig.04 et 05).

Aussi, le calcul des Indices de Végétation « NDVI » pour mettre en évidence la végétation et constituer un bon indicateur de l’humidité des sols sert ainsi pour détecter la présence des nappes des inféro-flux.

Fig.04 : Carte de la température de surface de la zone d’étude

Fig.05 : Mise en évidence des dykes et des fractures par traitement
d’images satellitaires, optique Alsat-1B et radar.